Le droit de rétention du garagiste

par Laurent Mercié, avocat au Barreau de Paris

En cas de difficulté avec votre garagiste sur le prix des réparations, est-t-il en droit de refuser de vous rendre votre auto tant qu’il n’est pas payé de la facture qu’il vous présente ?Contrairement à une idée répandue – beaucoup d’automobilistes assimilant cette manoeuvre à un chantage illégal – il faut savoir que la législation reconnait pourtant cette faculté au réparateur automobile : c’est ce que l’on appelle le droit de rétention.

Il s’agit d’un privilège particulièrement efficace puisqu’il lui permet de retenir le véhicule tant que le client n’a pas acquitté l’intégralité de la facture : un paiement seulement partiel ne pourrait en aucun cas l’obliger à le restituer.

De plus, c’est une prérogative « opposable à tous « , concept appartenant au jargon juridique mais qui est facile à comprendre à l’aide d’un exemple : si le propriétaire du véhicule le vend alors qu’il est chez un réparateur, ce dernier sera en mesure de refuser de le remettre à son acquéreur tant que lui ou l’ancien propriétaire n’aura pas réglé une éventuelle facture en souffrance.

Mais sachez que les conditions d’exercice du droit de rétention sont strictement posées, d’autant qu’il peut exister une grande disproportion entre le coût de la réparation et le préjudice occasionné par ce kidnapping temporaire.

Une créance certaine

En premier lieu, la créance du réparateur doit être certaine (1), c’est-à-dire que ce dernier doit pouvoir faire la preuve d’un accord du client sur la nature et le prix des réparations accomplies. De ce fait, la signature d’un ordre de réparation décrivant les prestations à entreprendre est pratiquement obligatoire.

Mais un simple accord de principe du client sur les réparations à effectuer, même constaté dans un ordre de réparation écrit, pourrait ne pas être suffisant s’il ne comporte pas également les mentions d’un véritable devis, et surtout les conditions financières des prestations commandées (forfait, coût selon un taux horaire en fonction d’un barème ou au temps effectif etc…)

Il a ainsi été jugé, par exemple, qu’en cas d’importantes réparations sans accord du client sur leur prix, le réparateur ne pourra légitimement retenir le véhicule en subordonnant sa restitution au paiement des travaux (2).

Une créance exigible

En second lieu, la créance du réparateur doit être exigible, c’est-à-dire que le client doit être contractuellement tenu de payer la facture au comptant à la reprise du véhicule.

Pour prévenir toute difficulté sur le sujet, il est donc préférable de mentionner clairement sur le devis les conditions de paiement des interventions, surtout si vous avez négocié des réglements échelonnés.

Un devis précis et accepté

Pour résumer, votre garagiste devra donc être en mesure de justifier d’un devis précis et accepté pour être en mesure de vous refuser légalement de vous restituer votre véhicule si vous contestez sa facture.

Au cas contraire, si le réparateur ne remplit pas les conditions pour le retenir, il sera tenu de vous le rendre, à charge éventuellement de vous poursuivre ensuite pour le paiement de ce qu’il estime lui être dû. Mais bien entendu, vous devrez alors justifier de bonnes raisons pour contester le paiement de la facture litigieuse !

Précisons encore que si votre réparateur a été compréhensif et qu’il vous a autorisé à reprendre votre voiture sans avoir été payé, il ne pourra légitimement la retenir en garantie à l’occasion de réparations ultérieures, si vous acceptez cette fois de payer les nouvelles interventions (3).

Seule exception à cette règle : le cas particulier du contrat de maintenance qui permet de considérer que le réparateur et son client sont en relations d’affaires continues, qu’ils sont « en compte », selon l’expression consacrée.

La solution du litige

Evidemment, le droit de rétention n’est pas une fin en soi et il faut bien que le litige trouve une issue le plus rapidement possible. La solution est simple mais rigoureuse. Si vous vous trouvez confronté à cette situation vous pourrez, pour récupérer votre véhicule :

  • choisir la solution la plus rapide, qui consiste à payer la facture, à charge d’en contester ensuite le montant. C’est l’option « super-vignette » : on paye d’abord, on discute ensuite…
  • ou saisir directement le Tribunal, lequel pourra éventuellement ordonner au garagiste de vous restituer immédiatement votre véhicule notamment si vous offrez, pendant le temps du procès, de consigner le montant de la facture contestée entre les mains d’un séquestre. A terme, en fonction de la décision du Tribunal sur le bien fondé des réparations et sur leur coût, les fonds consignés seront soit intégralement soit partiellement remis au garagiste.

——————————————————————————–

(1) Cour de cassation, chambre commerciale, 14 juin 1988, Bull. civ. IV. n° 199 -
(2) Cour de cassation, 1ère chambre civile, 3 mai 1966, D. 1966.649 -
(3) Cour de cassation, chambre commerciale, 23 juin 1964, B. III, n°325 – Cour de cassation, Chambre commerciale 4 décembre 1984, Bull.civ. IV, n° 328.

Les commentaires sont fermés.